Développement industriel

02.11.2017

Chiffreur de confiance – Enquête auprès des PME et ETI

La grande majorité des cyber-attaques des systèmes d’information des entreprises a pout but, non pas le rançonnage, mais l’espionnage industriel. Il existe de nombreuses solutions pour protéger les communications et transfert de données, souvent à base de produits non souverains ou non adaptés pour des petites et moyennes entreprises (PME). Le groupe Orange et le Pôle d’Excellence Cyber lancent une grande enquête pour évaluer le besoin d’un « Chiffreur de confiance » pour PME et ETI (Entreprise de Taille Intermédiaire).

Le rapport du 2 Mars 2017 de la délégation parlementaire du renseignement rappelle le défi que représentent l’espionnage industriel et l’ingérence économique pour nos industries et entreprises. Le nombre de cyber attaques à des fins d’espionnage industriel croit de plus de 10% par an et elles affectent de plus en plus les petites et moyennes entreprises. Ces attaques sont moins médiatisées que les attaques de rançonnage ou de dénis de service et pourtant, elles peuvent, elles aussi et souvent plus gravement, mettre en péril la notoriété et l’avenir de la société victime.

Alors comment se protéger ? Question simple, réponse très compliquée car il n’existe pas de solution unique. Il convient de mettre en place de multiples solutions pour protéger les terminaux, les réseaux de communications, les serveurs, le Cloud, les applications…etc.,  et mettre en place une politique de sécurité du système d’information cohérente avec le métier de l’entreprise et les risques encourus.

Parmi les solutions, les chiffreurs IP constituent une excellente protection pour les communications et les transferts de données d’un réseau LAN (Local Area Network – réseau local) ou WAN (Wide Area Network – réseau étendu). Les offres disponibles aujourd’hui sur le marché français sont soit des offres adaptées aux PME et ETI mais non souveraines car développées à l’étranger, soit des offres souveraines mais classifiées « Secret défense » et donc trop onéreuses pour les PME et ETI.

En effet le niveau de classification de l’équipement, aligné sur le niveau de classification de l’information qu’il protège, défini sa robustesse au attaques et donc sa complexité et son coût. Pour les PME et ETI qui ne travaillent pas dans le domaine militaire, nul besoin des classifications militaires: « Très secret défense », « Secret défense », « Confidentiel défense ». Une « simple » classification de type « Diffusion Restreinte – DR » peut suffire pour protéger efficacement les propriétés intellectuelles et informations internes de l’entreprise. De plus, ces PME et ETI ont besoin de solutions interopérables basées sur des standards, ce que ne permettent pas toujours les solutions d’une plus haute classification.

C’est pourquoi, Orange et le Pôle d’Excellence Cyber lancent cette enquête auprès des PME et ETI pour évaluer le besoin d’un chiffreur IP de confiance « Diffusion Restreinte », et fonction du résultat, proposera à des industriels de faire émerger une telle offre.

 

Si vous êtes une PME ou une ETI,  merci de bien vouloir répondre au questionnaire soit en ligne ou en téléchargeant le questionnaire et nous l’envoyer par mail : dev-indus@pole-excellence-cyber.org

Pour toute remarque ou question, merci de contacter :

Thierry Sens
Pôle d’Excellence Cyber
dev-indus@pole-excellence-cyber.org

Thierry Sens est actuellement responsable du développement industriel au Pôle d’Excellence Cyber à Rennes. Il possède une grande expérience et expertise des technologies, systèmes et réseaux de communications ainsi que de leur cyber-sécurité. Auparavant il a travaillé pour les sociétés Nokia, Alcatel-Lucent, Philips Consumer Electronics, CS Telecom, TRT et Radiotechnique Compelec. Il est ingénieur diplômé de l’ESIEE et a étudié à l’université d’ESSEX en Angleterre.